Perspectives d’emploi

Situation des diplômés

Avant même d’avoir terminé leur baccalauréat, plusieurs étudiants se voient offrir un emploi dans des entreprises pharmaceutiques, biotechnologiques, au sein d’établissements publics ou laboratoires de recherche. La dernière enquête du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport à ce sujet, La Relance à l’université (2009), montre que 98 % des bacheliers se destinant au marché du travail ont trouvé un emploi à plein temps et que 66 % occupent un emploi lié à leur formation. Étant donné l’évolution rapide des connaissances dans ce domaine, 65 % de nos diplômés entreprennent des études de maîtrise et de doctorat en biochimie ou un domaine connexe.

Perspectives d’emploi

Pour les prochaines années, la profession de biochimiste offre un potentiel élevé d’intégration au marché du travail, notamment dans les domaines liés aux biotechnologies :

  • le secteur biopharmaceutique
  • les centres de recherche biomédicale
  • l’enzymologie industrielle (bioprocédés)
  • les établissements de santé

D’autres secteurs font appel aux biochimistes

  • l’industrie chimique
  • le secteur de l’environnement
  • la production agrobiologique
  • l’aquaculture et la foresterie

Sur le marché du travail, les biochimistes effectuent des analyses et des recherches en laboratoire, conçoivent des méthodes et des procédés, contrôlent la qualité dans les entreprises, agissent comme conseiller technique, superviseur d’équipe ou représentant au sein d’entreprises pharmaceutiques. Certains occupent des emplois axés sur les aspects juridiques et commerciaux des biotechnologies. Pour exercer certaines tâches, il faut être membre de l’Ordre des chimistes du Québec auquel les biochimistes peuvent adhérer.